actualité

Les prochaines rencontres à la Librairie des Abbesses

Jeudi 24 septembre à 18h : Boris Bergmann, Les Corps insurgés, éditions Calmann-Levy

A la Renaissance, Lorenzo, peintre, brave les interdits en représentant dans ses toiles des sujets non bibliques. En mai 1968, Baptiste, lycéen bourgeois parisien, se laisse entraîner par la contestation étudiante. Au début du XXIe siècle, Tahar se réfugie en France après un drame familial au Maroc.

Vendredi 25 septembre à 18h : Frédéric Pajak, Manifeste Incertain, Avec Pessoa : l’horizon des événements, souvenirs, fin du manifeste, éditions Noir sur blanc

Un essai en trois parties sur la jeunesse de l’écrivain portugais dans lequel l’auteur se met lui-même en scène. Le futur poète n’est encore qu’un modeste employé de bureau travaillant à Lisbonne. F. Pajak raconte également ses propres aventures, en Afrique, dans le Sahara, aux États-Unis, en Chine populaire et dans différents pays d’Europe.

ANNULEE Mercredi 30 septembre à partir de 18h : Déborah Lévy, Ce que je ne veux pas savoir et Le coût de la vie, éditions du Sous-Sol ANNULEE

Dans ce premier volet de son autobiographie, D. Levy revient sur son enfance, évoque l’apartheid en Afrique du Sud, pays qu’elle a quitté, son père, militant de l’ANC emprisonné, ou encore l’Angleterre, son pays d’adoption. A travers son parcours, elle aborde les thèmes de la féminité, de la dépression et de l’écriture.

La dramaturge, poétesse et romancière anglaise poursuit le récit de sa vie. Dans ce second volume, elle raconte notamment la dérive qu’elle a vécue à l’âge de 50 ans après des décennies d’une vie de famille au nord de Londres. Un livre sur la féminité, la maternité, la liberté, l’écriture, les normes et le chemin d’une vie.

Jeudi 1er octobre à partir de 18h : François et Valentin Morel, Dictionnaire amoureux de l’inutile, éditions Plon

Un dictionnaire personnel composé à quatre mains qui célèbre l’inutile au travers d’une déambulation joyeuse, en s’interrogeant sur la fossette de K. Douglas, sur la coiffure du président Giscard d’Estaing ou en se remémorant les premières speakerines de la télévision.

Samedi 3 octobre de 16h à 18h : Gérard Lo Monaco : Voyage en train, éditions Albin Michel

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

Des origines du chemin de fer en 1819 aux trains à grande vitesse contemporains, ce leporello se déplie autour de grandes scènes en pop-up accompagnées de textes détaillés au verso qui invitent à découvrir six trains. A chaque page, deux enfants sont immergés au milieu du tableau.

…………………………………………………………………………………………………………………………..

Mercredi 7 octobre à partir de 18h : Edwy Plenel, Ellen Salvi et Julien Sartre, Une décolonisation au présent, éditions La Découverte

A la veille du second référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie, le 4 octobre 2020, cet ouvrage écrit par des journalistes de la rédaction de Mediapart retrace l’histoire du processus de décolonisation de l’archipel, qui possède d’ores et déjà un statut dérogatoire. Reportages et analyses passent en revue les divers aspects du présent et de l’avenir politique de ce territoire.

Jeudi 5 novembre à partir de 18h : Belinda Cannone, Le Nouveau Nom de l’amour, éditions Stock

Pour comprendre la crise que traverse le couple, l’auteure retrace l’histoire du mariage et les métamorphoses du sentiment amoureux. Erigé au XXe siècle en ingrédient indispensable de la réussite d’une relation, le désir, plus fugace que l’amour, signe le déclin de l’union pour la vie. Aujourd’hui valorisé, il suspend les rapports de domination et engage la totalité du corps et de l’esprit.

Vendredi 13 novembre à partir de 18h : Emmanuel Carrère, Yoga, Editions POL

Un auteur commence à écrire un livre faisant l’apologie du yoga. Mais son désir de sérénité est mis à mal par les mensonges et les trahisons ainsi que par la misère du monde. Divorcé et hanté par le souvenir d’une maîtresse sensuelle, il tente de devenir quelqu’un de meilleur.