Prix Wepler
Fondation La Poste 2019

Depuis vingt-deux ans, le souhait le plus ardent du Prix Wepler-Fondation La Poste, est de soutenir treize écrivains sélectionnés afin qu’ils existent sur la scène littéraire automnale. Notre jury tournant, constitué d’une détenue, de libraires, d’un postier, de deux critiques littéraires et de lecteurs en couronne deux tout particulièrement et met à leur disposition des moyens conséquents qui favorisent la poursuite de leur aventure littéraire.

La Fondation La Poste dote ce prix d’une somme de 10 000 euros qui récompense une prise de risque romanesque et un style exigeant.
Elle dote aussi un autre auteur d’une somme de 3 000 euros à travers une mention spéciale du jury accordée à un ovni littéraire prodigieusement inclassable.

Pour imposer ces quarante-trois écrivains, il a fallu durant vingt-deux ans avoir la peau douce, la peau dure… Forts de ce stupéfiant butin littéraire, nous continuons d’enrichir notre route en accueillant inlassablement d’autres pépites d’écriture.


La sélection

  • Joël Baqué, L’arbre d’obéissance, P.O.L
  • Claudie Hunzinger, Les grands cerfs, Grasset
  • Alexandre Labruffe, Chroniques d’une station-service, Verticales
  • Kevin Lambert, Querelle, Le Nouvel Attila
  • Luc Lang, La Tentation, Stock
  • Martin Mongin, Francis Rissin, Tusitala
  • Sylvain Pattieu, Forêt-Furieuse, Rouergue/ La Brune
  • Anne Pauly, Avant que j’oublie, Verdier
  • Matthieu Peck, Trismus, Bartillat
  • Bruno Remaury, Le Monde horizontal, Corti
  • Lucie Taïeb, Les Échappées, Éditions de l’Ogre
  • Marin Tince, Et l’ombre emporte ses voyageurs, Seuil
  • Beata Umubyeyi Mairesse, Tous tes enfants dispersés, Autrement

le lauréat

Lucie TAÏEB, Les Échappées, Éditions de l'Ogre

La mention spéciale

Bruno REMAURY, Le Monde horizontal, Éditions Corti

 

Les noms des lauréats du Prix et de la Mention spéciale du jury seront dévoilés le lundi 11 novembre.

Le jury 2019 est composé de :

– Léonard Billot, journaliste littéraire (Les Inrocks, France Inter)
– Giliane Cochard, professeur de lettres modernes
– Dominique Colson, directeur artistique pour La Poste
– Murielle Couret, détenue au centre pénitentiaire de Rennes
– Laure Defiolles, éditrice freelance
– Irina Flament, attachée à la direction de la Dramaturgie, Edition et Communication de l’Opéra de Paris
– Jessica Franck, consultant RH et organisation
– Philippe Guazzo, libraire au Comptoir des Mots (Paris 20ème)
– Léopoldine Raynal, libraire à la Librairie des Abbesses (Paris 18ème)
– Mathilde Serrell, journaliste culture (France Culture)

– Marie-Rose Guarniéri , présidente du Prix Wepler-Fondation La Poste
– Élisabeth Sanchez, secrétaire générale du Prix Wepler-Fondation La Poste

Contact presse : Corinne Lapébie (06 99 26 60 38 / lapebiecorinne@gmail.com)

 

 

 

DISCOURS DE LUCIE TAÏEB

Lauréate du Prix Wepler-Fondation La Poste 2019

« – Ne te fie pas, mon enfant, à ceux qui te promettent de t’enrichir du matin au soir. Écoute-moi et rentre chez toi.

– Hé bien moi, je veux, au contraire, poursuivre ma route.

– Il se fait tard!

– Je veux continuer.

– La nuit est obscure.

– Je veux continuer.

– La route est dangereuse.

– Je veux continuer. »

 

Celui qui s’obstine ainsi, avec l’entêtement de l’enfant, c’est le jeune Pinocchio, à qui le renard et le chat, ces brigands, ont promis que, de quatre écus, il pouvait en gagner deux mille.

Il se fait tard, je veux continuer.

La nuit est obscure, je veux continuer.

La route est dangereuse, je veux continuer.

J’entends, dans l’obstination de celui qui ne veut écouter personne, et moins encore la sage voix du grillon-parlant, le désir de l’écrivain à sa table de travail, mon propre désir, qui n’est pas un destin subi, mais une joie qui n’écoute rien ni personne – à la seule différence peut-être que l’écrivain ne cherche pas à transformer ses quatre pauvres écus en deux milles. Il cherche autre chose. Il s’entête et s’obstine pour quelque chose qui n’existe pas encore, mais qui attend, qui doit advenir dans et par la langue, qu’il ne lâche et qui ne le lâche pas.

Lorsqu’il se fait tard, que la nuit est obscure, la route dangereuse, on a la chance, dans les contes, et dans la vie, de trouver quelqu’un qui vous aide, qui vous accompagne, qui vous accueille.

J’aimerais ici donc, dire toute ma gratitude au jury du Prix Wepler, à la brasserie Wepler, à la Fondation La Poste et à la librairie des Abbesses pour la merveilleuse surprise que représente son choix. Et je suis particulièrement heureuse de voir « Les Échappées » récompensées auprès du livre de Bruno Remaury, « Le Monde vertical », porté par la très belle maison d’édition José Corti.

Je remercie aussi très chaleureusement mes éditeurs, Benoit Laureau et Aurélien Blanchard, qui ont fondé il y a cinq ans les éditions de l’Ogre. Leur entreprise éditoriale, dans des temps où de toutes autres logiques sont à l’œuvre que celles de la recherche d’une langue et de l’amour de l’art, ne m’apparait pas seulement audacieuse, mais aussi courageuse. Ma gratitude va également, au-delà de la très heureuse occasion qui nous réunit aujourd’hui, à l’équipe du site et de la revue remue.net, et particulièrement à l’écrivaine Dominique Dussidour, morte au printemps dernier, qui a reçu, il y a dix ans de cela, mes premiers poèmes, et qui a accepté de les publier en ligne. Enfin, j’aimerais mentionner ici les éditrices qui publient mes poèmes et traductions : Frédérique Breuil, des Inaperçus, Catherine Tourné, des éditions LansKine, Isabella Checcaglini, des éditions Ypsilon et Françoise Favretto, de l’Atelier de l’agneau, engagée depuis des décennies dans l’édition de poésie et qui porte notamment l’œuvre de la grande écrivaine autrichienne Friederike Mayröcker.

 

Revenons à présent sur cette route obscure et dangereuse, dans cette nuit.

Je ne saurais dire quelle devrait être, pour la littérature d’aujourd’hui, cette route, ni où elle doit mener. Je sais seulement qu’écrire, pour moi, c’est avoir trouvé une telle route, et décidé de la suivre, coûte que coûte.

Par l’écriture, je recherche le transport et je recherche la justesse, livre après livre, avec une méfiance absolue de la recette, et du calcul. Je ne crois pas être la seule à « suivre ma route », et j’ai trouvé avec l’Ogre une maison d’édition qui accepte de m’y suivre, qui accueille mes tentatives.

Merci à vous, encore une fois, de cette générosité, elle est source de joie, mais aussi d’espoir- l’espoir que ce livre, qui est un livre adressé, puisse trouver ses destinataires.

J’aimerais pour finir dire quelques mots de cette adresse, et emprunterai pour cela ceux d’Ingeborg Bachmann : « Que l’écriture ait lieu hors de la situation historique, personne aujourd’hui ne pourra plus le croire. Voici ce à quoi l’écrivain peut, dans le meilleur des cas, parvenir: représenter son temps, ou représenter quelque chose dont le temps n’est pas encore venu. »

Ne vous y méprenez pas ici: représenter quelque chose « dont le temps n’est pas encore venu », c’est précisément s’ancrer dans une situation historique, affirmer qu’un autre monde est possible, et qu’une autre littérature est possible.

J’ai commencé à écrire ce livre en 2015, au moment des attentats, mais aussi des manifestations monstres contre la réforme des retraites. Manifestations dont nous avions vite compris qu’elles ne seraient pas écoutées.

Depuis, quatre ans se sont écoulés, et je dois avouer ici que la surdité du pouvoir vis-à-vis de son peuple, et le mépris affiché du gouvernement actuel à l’encontre notamment des plus fragiles ne cessent de m’atterrer, de me mettre en colère. Lorsque les voix ne sont plus entendues, ce sont les corps même qui entrent en jeu, corps sacrifiés, corps révoltés.

Écrivaine, ce n’est pas mon corps, que j’engage dans la lutte, c’est ma voix et c’est mon art, ne serait-ce que pour réfléchir sur la manière dont une parole poétique et une lutte politique peuvent s’articuler, et mutuellement se nourrir.

Représenter quelque chose dont le temps n’est pas encore venu, c’est tenter d’ouvrir une brèche, à l’adresse du temps présent. Ainsi, j’ai voulu, avec « Les Échappées », écrire un livre adressé. En suivant ma propre route, une route singulière, puisque c’est la mienne, j’ai toujours eu à l’esprit celui, celle, qui tiendrait un jour ce livre entre ses mains. Et la recherche formelle, celle d’une écriture la plus juste, la plus habitée, ne se dissocie pas de l’adresse, bien au contraire: c’est parce que ce livre est adressé qu’il se refuse à faire l’économie d’une telle recherche. Pouvoir l’affirmer devant vous ici ce soir est infiniment précieux.

 

DISCOURS DE BRUNO REMAURY

Lauréat de la Mention spéciale du jury  2019

Mon directeur de thèse, Yves Hersant, disait volontiers qu’il y a trop de livres. Il disait aussi, et l’image est belle, que la vraie vie d’un livre commence quand il n’est plus en librairie. Un propos étrange à tenir au sein d’un prix fondé et animé par une libraire, d’autant que le mien a la chance d’être soutenu par nombre de librairies formidables que je tiens à remercier ici. Un propos qui pourrait peut-être se nuancer en disant que la vraie vie d’un livre commence, non quand il n’est plus en librairie, mais lorsqu’il en a quitté les tables et la vitrine et qu’il se met à voyager de mains en mains, qu’elles soient celles du libraire ou des lecteurs eux-mêmes.

 

Mon livre a cette chance, ainsi que de recevoir ce soir la mention spéciale du Wepler, un des prix qui contribue le plus selon moi à la diversité littéraire ainsi qu’à la mise en avant d’auteurs réputés confidentiels – ce dont je veux pour preuve le fait que Marcel Cohen, pour moi le plus grand écrivain français contemporain et pourtant si peu mis en avant en regard de l’immensité de son œuvre, ait été récompensé ici.

 

Reste qu’en effet les livres se bousculent, dans l’espace et plus encore dans le temps, et que cela est d’abord une école de l’humilité : pourquoi un livre émerge-t-il ? pourquoi reste-t-il ? et surtout pourquoi sont-ils aussi nombreux ceux qui, pourtant non dénués de qualités, disparaissent ? Je repense à Julien Gracq, parlant dans La littérature à l’estomac de ces lumières vacillantes qui s’éteignent au fond des bibliothèque lorsqu’un livre ou un auteur tombe définitivement dans l’oubli. Dans ce monde où comme le disait Robinson nous ne sommes que des enfants confus essayant d’épeler le nom de Dieu avec un alphabet truqué, toutes ces mains qui continuent de faire passer des livres vers d’autres mains sont là, je crois, pour nous rappeler la nécessité de la pensée, en même temps que son infinie fragilité.

 

Mais avant celles du libraire et du lecteur, dans cette suite sans fin de mains qui président à la vie d’un texte, il y a d’abord celles de l’éditeur, et je voudrais bien sûr remercier ici Fabienne Raphoz et Bertrand Fillaudeau de m’avoir tendu les leurs, et ainsi accueilli dans cette magnifique maison qu’est José Corti.

 

DISCOURS DE MARIE-ROSE GUARNIÉRI ,

fondatrice et présidente du Prix Wepler-Fondation La Poste

Je vous remercie d’être tous présents à notre soirée….

Merci de traverser Paris depuis bientôt 22 ans pour nous rejoindre, merci d’être encore affamés de littérature !

Vous connaissez le trio fondateur de ce prix : La brasserie Wepler, La fondation La poste et ma librairie des Abbesses.

Je salue donc l’inoxydable engagement de mes partenaires qui sont  pour la brasserie Wepler : le groupe de Christophe Joulie, avec notamment M. Philippe Deana, le chef de cuisine Didier Doucet, ainsi que leur équipe qui travaille ardemment à vous recevoir… Je suis fière de notre ancrage dans cette brasserie historique de Paris, la brasserie Wepler, car les cafés ont toujours été le domicile de ceux qui n’avaient pas de salon. Je les remercie pour leur effort et engagement généreux envers la littérature.

Je salue également la Fondation La Poste représentée par son président M. Philippe Wahl, cet être de lecture si sagace, tellement soucieux de libérer des moyens afin de créer de nouveaux espaces en faveur d’une littérature contemporaine émergente., Je n’oublie pas Marie Llobères, Maryline Girodias, Patricia Huby et Nathalie Jungerman qui l’accompagnent avec une rigueur passionnée.

Je tiens aussi à saluer le noyau dur de mon équipe, toujours embarquée à mes côtés et infatigable. Je les admire pour leur sincérité et leur engagement perspicace. A savoir : Florence Robert, notre éditrice, Corinne Lapébie, mon attachée de presse et alliée pour l’association Verbes, mes deux libraires : Olivia Goudard, et Leopoldine Raynal, mes flamboyantes et résistantes complices de chaque jour qui offrent leur fougue ingénieuse à la cause de la littérature, mais aussi Elizabeth Sanchez, subtile et si fidèle amie. Je remercie aussi du fond du cœur notre talisman, notre magique Anne Garreta, turbulent écrivain qui fait briller depuis 22 ans nos fêtes de mille feux. Merci de sa présence si littéraire…

Permettez-moi de prendre encore un peu de votre temps pour saluer les lecteurs de notre jury 2019. Je les remercie d’avoir été si vigilants pour détecter et entendre ces 13 voix d’auteurs contemporains si remarquables, véritables maquisards de la littérature.

Merci aux lecteurs de notre jury, d’avoir su arracher à l’ordinaire de nos jours ces quelques joyaux, que nous sommes tellement sans fiers de vous faire découvrir ce soir.

Viva à vous mes chers treize écrivains, cette fête vous est dédiée, je salue votre bravoure à continuer d’écrire sans concession aucune, je salue votre bravoure à penser des mondes dans l’intimité de votre chambre, si seuls dans cette époque banale.

Merci de votre rare intranquillité.

Chacun de vous aurait pu être à la place des deux écrivains que nous allons consacrer ce soir.

Ce soir, c’est en compagnie des 44 écrivains weplérisés que nous levons nos verres pétillants en l’honneur de ces treize arches de Noé, avant, bien sur, d’en consacrer deux….

CONCERT DE BERTRAND BELIN