Les Flâneries Littéraires 2020

Hors les Murs

FLÂNERIE DE STÉPHANE GUÉGAN

Lautrec, une géographie parisienne

 samedi 7 mars

15h

Lieux : dans le quartier de Montmartre. RDV Librairie des Abbesses

Présentation : La vie et l’œuvre de Toulouse-Lautrec (1864-1901) rencontrent très tôt Montmartre et ses abords. On peut même dire que le boulevard de Clichy, où se situe l’atelier de ce maître essentiel que fut Cormon, coupe en deux le territoire de notre peintre, à mi-distance du quartier de l’Opéra et des hauteurs de Montmartre. Au Sud, les galeries de tableaux et les bordels ; au Nord, les cabarets, le cancan, les chanteurs et les diseurs, hommes et femmes. Si Lautrec vit d’abord rue Fontaine, il loge son atelier au cœur même de la bute, rue Caulaincourt. De cet espace bien chauffé et bien éclairé vont sortir ses principaux chefs-d’œuvre jusqu’en 1898. Lautrec croit à l’unité dynamique de la peinture et de ses sujets. Si la fiction s’en mêle, évidemment, peindre la vie moderne exige une manière d’immersion et presque d’enquête ethnographique. Il y a du Baudelaire et du Darwin chez cet aristocrate du vice, comme des pinceaux.

Biographie : Historien, critique d’art et conseiller scientifique auprès de la Présidence du musée d’Orsay et du musée de l’Orangerie à Paris, Stéphane Guégan est l’auteur de plusieurs livres sur la peinture et la littérature des XIXe et XXe siècles, du romantisme français à Picasso. Avec Danièle Devynck, il est le commissaire de l’exposition Toulouse-Lautrec, résolument moderne, qui a eu lieu Grand Palais du 9 octobre 2019 au 27 janvier 2020.

Bibliographie :

– Nienke Bakker, Van Gogh et Montmartre, Actes Sud

– Frèches, Roquebert et Thomson, Toulouse-Lautrec, Editions de la RMN,

– Rudolf Koella (dir.), Toulouse-Lautrec et la photographie, Hirmer Verlag / Musée des Beaux-Arts de Berne

– Pierre Mac Orlan, Toulouse-Lautrec, peintre de la lumière froide

– Thadée Natanson, Un Henri de Toulouse-Lautrec, réédition avec un avant-propos de Stéphane Guégan, Editions de la RMN

– Anne Roquebert, Toulouse-Lautrec, Citadelles et Mazenod

– Jean Sagne, Toulouse-Lautrec, Fayard

– Herbert D. Schimmel (éd.), Henri de Toulouse-Lautrec. Correspondance, Gallimard

– Zmelty, Henri de Toulouse-Lautrec. La stratégie de l’éphémère, Hazan

 

 

 

……………………………………………………………………………………………..

Flânerie de Santiago Amigorena

Mercredi 18 mars

16h30

Musée Picasso

Pourquoi aller passer une nuit dans un musée ? Pourquoi, lorsqu’on habite à dix minutes à pied du Musée Picasso, et qu’on aime son chez soi, et qu’on aime y dormir, – pourquoi diable aller errer dans des galeries froides et sombres avant de se coucher sur un lit de camp pour passer une nuit loin de la personne qu’on aime ?

Il y a quelques années, par une nuit profonde du mois de février, j’ai fait cette expérience singulière : j’ai dormi, seul, au Musée Picasso. J’ai dormi – et je n’ai pas dormi. Je me suis promené, et j’ai pensé, et j’ai rêvé, et j’ai rencontré Picasso et Giacometti, qui erraient également dans le musée assoupi. J’ai écouté leur bavardage et j’ai admiré leurs œuvres qui reposaient dans le silence nocturne. Je me suis promené avec eux, heureux et admiratif – et agacé aussi parfois – et je me suis souvenu de ce que j’avais écrit sur d’autres peintres et sur d’autres musées. Je me suis souvenu des nombreuses fois où j’avais erré, seul, entre des tableaux. Et je me suis souvenu aussi, surtout, de la femme que j’aime et que j’avais abandonnée chez nous.

Peut-on aimer une femme comme on aime un tableau ? Peut-on aimer un tableau comme on aime une femme ?
Y a-t-il un seul amour ?

Pendant toute la nuit, je me suis posé ces drôles de questions. Et, bizarrement, comme il n’arrive presque jamais lorsqu’on écrit, j’ai trouvé une réponse.

 

……………………………………………………………………………………………..

FLÂNERIE D’ANDRE COMTE-SPONVILLE

Les philosophes sont-ils humanistes ?

 Vendredi 20 mars
 13h
Lieux : Livres Paris – Porte de Versailles

Présentation : La question « Qu’est-ce que l’homme ? », disait Kant, est la question fondamentale de la philosophie. Disons que c’est, en tout cas, l’une de ses questions principales. Cela n’implique pas que tout philosophe soit humaniste, mais que tous doivent se prononcer sur ce que nous sommes, sur ce que nous pouvons ou devons être. Faut-il pour autant mettre l’homme au centre ou au sommet de tout ? Faire de l’homme notre Dieu ? de l’humanisme, notre religion ? Je n’en crois rien, et c’est ce que les dix livres que j’ai retenus m’ont aidé – de dix façons différentes et parfois opposées – à comprendre. L’homme n’est pas notre Dieu, mais notre prochain. L’humanisme n’est pas notre religion, mais notre morale. « Misère de l’homme », disait Pascal après Montaigne. Mais pour ajouter : « C’est être grand que se savoir misérable ». Double prise de conscience, aussi nécessaire aujourd’hui que du temps de Pascal, mais plus urgente. L’humanisme qui correspond aux besoins de notre époque doit être conscient de ses propres limites, comme de celles de l’humanité : humanisme de la finitude et de la miséricorde.
Biographie : Philosophe matérialiste, rationaliste et humaniste, André Comte-Sponville fut longtemps maître de conférences à l’Université Paris I. Il est l’auteur d’une trentaine de livre, dont le Traité du désespoir et de la béatitude (PUF, 1984 et 1988) et le très célèbre Petit traité des grandes vertus (PUF, 1995).

Bibliographie : 
Epicure, Lettres et Maximes (de préférence dans l’édition de Marcel Conche, aux PUF).
Marc Aurèle, Pensées pour soi, GF
Montaigne, Essais, Edition Villey, aux PUF, coll. « Quadrige », ou Lanly, « en français moderne », Quarto Gallimard
Descartes, Méditations métaphysiques, édition Beyssade, en GF
Pascal, Pensées ; édition Le Guern, Folio
Spinoza, Ethique, trad. Appuhn, GF
Voltaire, Dictionnaire philosophique GF
Sartre, L’existentialisme est un humanisme, Folio
Camus, Le Mythe de Sisyphe, Folio
Francis Wolff, Notre humanité, Fayard

……………………………………………………………………………………………..

FLÂNERIE D’OLIVIA ROSENTHAL

Les Réfractaires

 Vendredi 20 mars
15h
Lieux : Livres Paris – Porte de Versailles

 

Présentation : Pour cette flânerie, nous suivrons la trace de quelques auteurs qui savent résister aux discours dominants et aux formes que ces discours empruntent. Réfractaires, irrrévérencieux, insoumis, ils ont su contester les formes déjà constituées de la littérature et de la pensée pour emprunter des chemins de traverse. Soit qu’ils racontent autrement la grande histoire (E.Hilsenrath), soit qu’ils utilisent des formes étranges et nouvelles pour écrire (J.Berger, M.Wittig,) soit que les personnages qu’ils mettent en scène occupent des lisières (A.Wauters), ou que ces personnages regardent nos sociétés avec un œil critique (N. Lefèvre), soit encore qu’ils bousculent les idées reçues (G. Réal, G.Chamayou, M.Frisch, V. Despret), tous ébranlent nos manières de penser, de parler, d’agir et de juger. Avec sérieux ou sur un mode ludique, ils changent notre rapport au langage (Y. Pagès), font vaciller nos représentations. Ils nous étonnent, nous inquiètent, nous réjouissent, ils stimulent notre curiosité. Bref, ils nous rappellent que la lecture est une activité dangereuse grâce à laquelle nous sommes obligés de réviser sans cesse ce que nous croyions fermement connaître.

Biographie :
Olivia Rosenthal est maîtresse de conférences en littérature à l’université de Paris VIII, écrivaine, romancière, dramaturge et performeuse française. Elle a publié de plus dix fictions aux éditions Verticales dont On n’est pas là pour disparaître (2007, prix Wepler), Que font les rennes après Noël ? (2010, Prix du Livre Inter 2011)

 

Bibliographie : 

Elgard Hilsenrath, Nuit, Le Tripode
Grisélidis Réal, La passe imaginaire, Verticales
John Berger, De A à X, éditions de l’Olivier
Noémi Lefèbvre, L’enfance politique, Verticales
Monique Wittig, L’Opoponax, Minuit
Antoine Wauters, Moi, Marthe et les autres, Verdier
Pagès. Tiens, ils ont repeint, 50 ans d’aphorismes urbains, La Découverte
Max Frisch, Questionnaires, Cent Pages
Grégoire Chamayou, Théorie du drone, La Fabrique
Despret, Que diraient les animaux si on leur posait les bonnes questions ? La Découverte

……………………………………………………………………………………………..

FLÂNERIE DE PIERRE SENGES

D’où vous viennent toutes ces idées ?

 Vendredi 20 mars
 17h
Lieux : Livres Paris – Porte de Versailles

Présentation : Une invention, au cœur d’un récit, peut être gigantesque ou microscopique, souterraine ou volatile, elle peut être malveillante ou bien domestique et inoffensive, elle peut être le fantasme d’un escroc ou l’idéal d’un philanthrope, élaborée par amour, par désespoir, par jeu, pour tuer l’ennui ou troubler les sens. Dans tous les cas, elle compte bien apporter du neuf et, ce faisant, distraire le lecteur.
Prenons par exemple L’invention de Morel, le roman d’Adolfo Bioy Casares, considéré par Borges comme l’un des plus ingénieux qui soient : il y est question d’un mécanisme de projecteur de cinéma à trois dimensions, à l’échelle de toute une île, mis en marche au gré des marées, conçu pour perpétuer les fantômes de personnes disparues. D’une certaine manière, nous voilà en présence d’une machine narrative : elle anime des personnages, raconte une histoire sans fin et prend plaisir à la reprendre chaque jour à son début. Le récit d’une invention est ici, comme souvent, l’occasion d’évoquer l’invention du récit.

 

Biographie :
Pierre Senges est né à Romans en 1968. Il vit à Paris. Il est l’auteur, aux Éditions Verticales de dix livres. Ancien pensionnaire de la Villa Médicis en 2013-2014, il travaille régulièrement pour la radio, le théâtre, l’opéra et des musées. Ses œuvres ont fait l’objet de nombreuses recherches universitaires et donné lieu au récent Pierre Senges, l’invention érudite (Minard, 2019).
Prix Wepler-Fondation La Poste 2015

 

Bibliographie : 

Adolfo Bioy Casares : L’invention de Morel (10/18)
Savinien de Cyrano de Bergerac : Les États et Empires de la Lune (Folio)
G. K. Chesterton : Le club des métiers bizarres (Imaginaire Gallimard)
Roberto Arlt : Le Jouet enragé (Cent Pages)
Sergio Aquindo : La Mère Machine (Rackham)
Sigismund Krzyzanowski : Le marque-page (Verdier)
Sigismund Krzyzanowski : Souvenirs du futur (Verdier)
Jean-Paul Richter : Mon enterrement vivant (Corti)
Arno Schmidt : Goethe et l’un de ses admirateurs (Tristram)
Galilée : Dialogue sur les deux grands systèmes du monde (Points Seuil)
Eduardo Berti : Inventaires d’inventions (inventées) (La Contre Allée)

……………………………………………………………………………………………..

Flânerie de
Alain Damasio

Vivre au-delà du capital

Samedi 21 mars

 11h30
Lieux : Livres Paris – Porte de Versailles

Présentation
Il est des sociétés et des politiques bien au-delà de celles que le capital nous impose, des villes invisibles en dehors de celles que l’on habite, où le vivant est une seconde respiration. Hors de nos ornières technologiques, nous y arpentons des sentiers par milliers pour y rencontrer des personnalités extra-ordinaires, extra-normes, qui avivent nos forces et nos flux. Cet échange neuf avec notre environnement et autrui passe par le langage, par les sens, l’affect, par tout ce qui nous empuissante et tout ce qui fait de nous beaucoup plus qu’un outil-produit. Cette flânerie est un appel à la vie loin des barrières capitalistes : une invitation au mouvement vers l’Autre.

Biographie :
En trois romans et un recueil de nouvelles, Alain Damasio est devenu un classique construisant une œuvre rare, sans équivalent dans la science-fiction francophone. Son travail physique, physiologique de la langue, donne corps à des récits polyphoniques animés par ses préoccupations politiques et ses innovations typographiques.

 

Bibliographie : 

Manière d’être vivant de Morizot, Actes Sud
Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce de Morel Darleux, Libertalia
Capitalisme et schizophrénie : Mille Plateaux de Deleuze & Guattari, Minuit
Toxoplasma de Sabrina Calvo, Folio
À nos amis du Comité Invisible, La Fabrique
Théâtre des paroles de Valère Novarina, POL
FAUST de Serge Lehman, Diable Vauvert
Ne plus se mentir de Gancille, Rue de l’Echiquier

……………………………………………………………………………………………..

FLÂNERIE D’IRENE FRAIN

Les décembristes en littérature
Samedi 21 mars
14h
Lieux : Livres Paris – Porte de Versailles

PRESENTATION
Cette flânerie sera à l’image de Pauline Annenkov, la modiste Française dont j’ai retrouvé les Mémoires à Saint-Pétersbourg : un voyage franco-russe. Il commencera dans le Paris des années 1820 avec le roman qu’Alexandre Dumas écrivit sur Pauline, puis la saga que Balzac consacra à l’univers des courtisanes parisiennes, dont elle fut peut-être. Avec Stendhal et Pouchkine, nous comprendrons comment la représentation romantique de l’amour a pu la convaincre, contre toute raison, à rejoindre son amant aux portes de son bagne sibérien, comme sept princesses russes tout aussi éperdues qu’elles. Puis Jules Verne nous entraînera sur les chemins du Baïkal avec son Michel Strogoff, dont la Russie imaginée n’a rien à voir avec les réalités décrites par Dostoïevsky ni même par Dumas lorsqu’à son tour, il voyagea en Russie, ouvrant ainsi la voie à toutes les équipées d’écrivains français en Russie, tel Olivier Rolin qui, en 2016, s’aventura sur les terres les plus extrêmes de la Sibérie contemporaine.

Biographie :

L’œuvre d’Irène Frain — plus de 40 ouvrages, romans et biographies pour l’essentiel — se signale par sa passion des traces, un intérêt marqué pour les enjeux de la condition féminine et le goût des voyages, souvent lointains et aventureux sur les routes qu’empruntèrent ses personnages. Il y a peu, elle a remonté de Saint-Pétersbourg à l’extrême Sibérie une jeune Française du XIXème siècle qui sauva son amant des geôles du tzar et elle a relaté cette quête dans son dernier opus:  » Je te suivrai en Sibérie ».

BIBLIOGRAPHIE :

Alexandre DUMAS, Le Maître d’Armes, ed des Syrtes
Honoré de BALZAC, Splendeurs et misères des courtisanes, Folio
STENDHAL, De l’amour, GF
Jules VERNE, Michel Strogoff, Livre de poche
Alexandre POUCHKINE, Eugène Onéguine, Folio
Fédor DOSTOIEVSKI, Correspondance, Calmann (2 volumes)
Fedor DOSTOIEVSKI, Souvenirs de la Maison des Morts, Folio K43
POUCHKINE, Poésies
Alexandre DUMAS, Voyage en Russie
Olivier ROLIN, Baïkal-Amour, Point

……………………………………………………………………………………………..

FLÂNERIE DE CÉCILE GUILBERT

Des livres tous « stupéfiants »
Samedi 21 mars

16H

Lieux : Livres Paris – Porte de Versailles

Présentation : Maux physiques ou psychiques, recherche du plaisir ou pure curiosité intellectuelle pour l’inconnu : toutes les raisons ont été bonnes aux écrivains pour consommer des drogues, s’interroger sur leur pouvoir et leur influence sur l’esprit, en décrire les effets réels ou imaginaires. Depuis la fin du XVIIIe siècle qui voit surgir en Angleterre les premiers « mangeurs d’opium » jusqu’aux jeunes auteurs contemporains friands de nouvelles molécules chimiques, ils ont été des centaines à écrire sur les substances psychoactives.Du Club des Haschischins romantiques aux délires californiens sous LSD décrits par Tom Wolfe, de la cocaïne de Weimar et des années folles aux expérimentations multiples d’Ernst Jünger et d’Henri Michaux – en passant par la recherche de la volupté opiacée et des expériences contrastées de l’héroïne – l’exploration de l’imaginaire des drogues à travers ses plus grands livres permet de raconter une autre histoire de la littérature : une histoire parallèle toujours stupéfiante.

Biographie :Cécile Guilbert s’est fait connaître par ses essais littéraires avec Saint-Simon ou l’encre de la subversion (1994), Pour Guy Debord (1996), L’Écrivain le plus libre (2004) et Warhol Spirit, essai graphique couronné par le prix Médicis de l’essai en 2008. Elle est aussi l’auteur de romans et de récits comme Réanimation (2012) et Les Républicains (2017) publiés chez Grasset. Longtemps critique littéraire au Monde des Livres et au Magazine Littéraire, préfacière d’œuvres de Sade et, dans la collection « Bouquins » des volumes Littératures de Nabokov et Œuvres maîtresses de Sacher-Masoch. Son dernier livre « Écrits stupéfiants » est paru en 2019, aux éditions Robert Laffont.

Bibliographie :

Allia – Anonyme, Les rêveries du toxicomane solitaire

– Nick Tosches, Confessions d’un chasseur d’opium

Gallimard- P. Drieu La Rochelle, Le Feu follet

– W. Burroughs, Le Festin Nu (Folio)

– Ernest Jünger, Approches, drogues et ivresse

– H. Michaux, Misérable miracle, la mescaline (nrf)

Robert Laffont/ Bouquins- Théophile Gautier, Œuvres

– C. Baudelaire, Œuvres complètes Point Seuil

– Tom Wolfe, The Acid Test H19Rivages Poche- Walter Rheiner, Cocaïne

……………………………………………………………………………………………..

Flânerie de
Constance Debré

Est-ce moi dans la littérature

DIMANCHE 22 mars
 11h
Lieux : Livres Paris – Porte de Versailles

Platon fut le premier à oser écrire JE, à se placer en tant que personnage réel dans ses textes. Depuis, Marcel Proust, Romain Gary, Houellebecq (pour n’en citer que quelques-uns) ont continué dans cette lignée et ont fait de leur vie le sujet de leurs livres. Mais pourquoi écrire JE en littérature ? Pourquoi choisir son propre miroir pour regarder ce qui nous entoure et l’offrir aux autres ? Notre histoire mérite-t-elle d’être racontée ? Intéressera-t-elle le lecteur au point de lui faire tourner les pages ? Nous nous baladerons dans la littérature pour y découvrir une forme d’introspection, un moyen de transcender l’individu pour parler du monde, de creuser chacune de nos failles si personnelles et en faire des forces à partager. Comme disait Jean-Jacques Rousseau : « Si je ne vaux pas mieux [qu’un autre], au moins suis-je autre… »
BIO : Constance Debré est avocate, et l’auteure de quatre romans dont le très remarqué Play Boy, paru chez Stock, primé par le Prix de la Coupole en 2018. Love me tender est son deuxième roman autobiographique où son écriture est de plus en plus anguleuse et sèche.

– Les confessions, Saint augustin, Point ou POL
– Les confessions, Rousseau, Livre de poche (2 volumes)
– La vie matérielle, Duras, Folio
– Pas un jour, Anne F. Garréta, Grasset
– Roland Barthes par Roland Barthes, Point 9782757849859
– Sujet Angot, Christine Angot,
– Dans ma chambre, Guillaume Dustan, POL
– W ou le souvenir d’enfance, Perec, Gallimard

……………………………………………………………………………………………..

FLÂNERIE DE
Oscar Coop Phane
Matthieu peck
Simon Johanin

La Guerre des trois n’aura pas lieu

Dimanche 22 mars

14H
Lieux : Livres Paris – Porte de Versailles

Présentation :
Même si cela nous parait parfois étrange, nous sommes amis et nous écrivons des livres. Faut-il dire pour autant que nous nous sommes rencontrés autour de ça ? Faut-il dire qu’au prétexte que nous écrivons nous avons pu nouer des liens ? Oui. Non. Nous ne savons pas. Cette part de notre existence solitaire – lire, écrire comme deux activités indissociables, seul devant la table de la cuisine, au bistrot ou à la bibliothèque – se sont simplement retrouvées embarquées dans nos discussions, dans le calme de la bière et dans le bleu de la nuit.
Biographie :
L’idée ici sera de parler de quelques textes qui nous ont marqués à tel point que nous avons compris, chacun de nos côtés, que nous ferions ça quoi qu’il advienne et peut-être même contre le reste. Pour la formule, les textes fondateurs de nos petites activités et de nos grandes bitures.
Nous ne sommes pas des collègues.

Bibliographie :

Mes Amis – Emmanuel Bove, l’Arbre vengeur ou Livre de poche
Extinction – Thomas Bernhard, L’Imaginaire
La cendre aux yeux – Jean Forton, le Dilettante
Septentrion – Louis Calaferte, Folio
Haute Solitude – Léon Paul Fargue, Gallimard
Le Hussard bleu – Roger Nimier, Folio
Autoportrait d’un bandit dans son adolescence – Limonov, Albin Michel
Viande à brûler – César Fauxbras, Allia
Bas-fonds de Berlin – Kessel,
La Gana – Fred Deux, Le temps qu’il fait

……………………………………………………………………………………………..

FLÂNERIE DE CYRIL PEDROSA

La bande dessinée regarde le monde

Dimanche 22 mars
Horaire 16H
Lieux : Livres Paris – Porte de Versailles

Présentation : Si l’imaginaire demeure un fleuve puissant de la bande dessinée, l’observation du réel est peut-être devenu en une trentaine d’années sa source la plus bouillonnante . Elle a de fait régénéré la fiction, créant en une génération de nouveaux genres et de nouveaux formats.
Autrices et auteurs de bande dessinée, dotés d’un œil et d’une main, disposent il est vrai des parfaits outils pour collecter autour d’eux les minuscules fragments de vie. Ils savent saisir l’indicible ou l’incompréhensible du monde, pour de le restituer, par la grâce de leurs mots et de leurs dessins, et le rendre ainsi visible à chacun de nous.
De Bagdad aux banlieues de Philadelphie en passant par les couloirs parquetés du Louvre, les dix livres de cette flânerie sont autant de collectes sensibles et subjectives, dont le point commun est de regarder le monde, à hauteur d’homme ou parfois des nations, mais pour toujours nous donner à le voir, tel qu’il fut, tel qu’il est, et parfois même tel qu’il sera.

 

Biographie :
Cyril Pedrosa, né en 1972, est auteur de bande dessinée. Primé au Festival International d’Angoulême pour son ouvrage Trois Ombres, puis Portugal en 2009, son dernier livre L’Age d’or, co-écrit avec Roxanne Moreil et publié en 2018, a obtenu le prix BD Franc-France Inter.
Bibliographie : 
Révolution, Younn Locard et Florent Grouazel – Actes Sud/l’An2
La traversée du Louvre, David Prudhomme- éditions Futuropolis
Soon, Thomas Cadène, Benjamin Adam- éditions Dargaud
Ted drôle de coco, Emilie Gleason- éditions Atrabile
La recomposition des mondes, Alessandro Pignocchi, éditions Seuil
La rose la plus rouge s’épanouit, Liv Strömquist- éditions Rackham
Beverly, Nick Drnaso- editions Presque Lune
Les meilleurs ennemis, David B, Jean-Pierre Filiu- éditions Futuropolis (3 tomes)
Jours de destruction Jours de révolte, Joe Sacco, Chris Edges- éditions Futuropolis
Riche, pourquoi pas toi ?, Marion Montaigne, Pinçon-Charlot

……………………………………………………………………………………………..

FLÂNERIE DE RÉGIS AIRAULT

Fous de l’Inde

 lundi 23 mars
Horaires : 16h
Lieux : Livres Paris – Porte de Versailles

Présentation : Quel auteur ne s’est pas demandé ce qu’il faisait perdu au milieu de l’océan (indien) du salon du livre ? Seule solution: se réfugier sur son archipel éditorial et ne plus en bouger en attendant que des lecteurs naufragés viennent s’échouer sur son îlot de sable blanc. Nous proposons à tous les navigateurs à l’Étoile d’aller sur les traces de différents auteurs, fous (comme nous) de L’Inde, au sens littéral, psycho-pathologique ou simplement « Fous de L’Inde » au sens de l’amour de L’Inde…

 

Biographie :
Régis Airault a été psychiatre au consulat français de Bombay. De cette expérience, il a identifié un syndrome indien qui touche les Occidentaux (particulièrement les jeunes). Il semble indéniable qu’en Inde, notre identité vacille. Certains réagissent plus spectaculairement que d’autres.

Bibliographie :

Michaux Henri : Un barbare en Asie, Gallimard
Bruckner pascal, Parias, Point.
Deleury Guy : Le modèle hindou Ed Kailash
Subir kakar : Moksha, belles lettres, ou La folle et le saint Ed seuil.
Duras marguerite : Le vice consul, Gallimard,
Forster : La route des Indes, Le bruit du temps
Kipling : l’homme qui voulut être roi, Folio
pascal grellety bosviel Trip indien, de L’inde des hippies à la création de msf, élytis
Amit chaudhuri : un ami de jeunesse, Ed Globe
J mascolo de philippis Alexandra david Néel : cent ans d’aventures, Paulsen
Hesse h : le voyage en orient, livre de poche